La « Conférence de Luther avec le diable », un faux historique

71 vues
lu en 3 minutes
Martin Luther jetant son encrier sur le diable

Après avoir tranché sur quelques canulars (« hoaxes » en anglais), dont les célèbres « regrets » de Darwin, la citation de Malraux ou encore la foi d’Einstein, nous buttions encore sur un certain nombre de « faux historiques ».

Le premier d’entre eux, largement utilisé dans nos rangs, est le récit contesté de la mort de Voltaire: il s’agirait en fait d’un faux historique, produit de la propagande Catholique. Dans la même veine, les Traditionalistes colportaient depuis longtemps un autre faux dont nous ne parvenions pas à trouver la source, soupçonnant qu’il s’agissait d’un texte Jésuite: la « conférence de Luther avec le diable », monnaie rendue à Luther pour ses nombreuses pièces, dont celle-ci.

Daniel O. vient d’en retrouver la source, grâce aux collections numériques mises à disposition par Google, dans le Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes. Cet ouvrage ancien semble indiquer, sources à l’appui, que ce texte est en réalité attribué à Luther en 1681 par l’abbé Lenglet du Fresnois. Toute la petite histoire est ici, pour ceux qui aiment l’Histoire et la Vérité.

Dans le domaine de l’Histoire, ces mêmes Traditionalistes (dont les opinions concernant Israël ont un goût douteuxnous accusent souvent, même lorsque nous leur brandissons des preuves quasi-irréfutables. Quant à la question de la Vérité, la guerre continue au sujet de Gérard Bouffard. Il faut dire que l’enjeu est grand !

En définitive, tout est question de référentiel: ce qui est pour nous vérité est pour l’adepte des sophismes jésuitiques de la propagande, comme la célèbre « taqqiya » en Islam. Il tordra toujours la vérité pour la faire concorder à son point de vue, celui qui nie ce que Luther révérait : l’autorité suprême de la Bible. Mais dans notre combat pour la Vérité de l’Evangile, n’oublions pas d’honorer la Vérité des faits, à l’exemple de cette citation que nous attribuons généralement aux… Jésuites mais qui est en fait tirée d’un essai de Francis Bacon: « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose »…

"Dingue" de Jésus, en chemin avec Lui depuis 34 ans, pionnier du web chrétien depuis 25 ans, père de 6 enfants, Nicolas habite en région bordelaise. Il est connu pour ses blogs d'investigation, ses interviews sans concession et ses chroniques radio conservatrices.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles de Blog