/

Comment se préparer aux crises à venir, par David Wilkerson

Croyez-vous comme moi que la fête est finie ? Voulez-vous saisir quelque chose qui soit assez puissant pour vous faire triompher de n’importe quelle crise, de n’importe quelle calamité ? Dans ce cas prenez à coeur le message suivant.

712 vues
lu en 20 minutes
1
La Bourse de New York et le crash de 1929.

Paroles d’Esaïe. “ Ils disent aux prophètes de Dieu. Taisez-vous donc ! nous en avons assez de toute cette ombre ! Dites-nous des choses agréables ! “ ( Esaïe 30-10 et 11). Ce n’est pas la prédication de Noé qui provoqua le déluge; Dieu avait déjà prononcé son jugement. Et ce ne fut pas la prédication et les avertissement d’Esaïe qui firent venir les armées d’invasion contre Juda et Jérusalem. Quand la coupe de l’iniquité est pleine, le jugement est inévitable. Les chrétiens qui aiment vraiment Jésus-Christ peuvent-ils faire quelque chose pour se préparer ? Comment le peuple de Dieu peut-il mettre de l’ordre, chacun dans sa maison, sans vivre dans la crainte et être pris de panique ? Si Dieu nous avertit vraiment de nous préparer, ne pouvons-nous pas attendre de Lui des directions précises sur la manière dont nous devons envisager l’avenir ? Ma réponse est : Oui, absolument ! Il y a de sa part un message sans équivoque pour tous ceux qui veulent bien écouter. Si vous ne croyez pas au message de cette brochure, ce que vous avez de mieux à faire, c’est de la mettre à la poubelle et tâcher de l’oublier – si vous pouvez. Je doute que vous y parveniez, car il n’y a rien dans ces pages qui soit de loin aussi sensationnel que ce que vous verrez et entendrez journellement devant votre petit écran. Pour ceux qui veulent prêter l’oreille à l’appel de Dieu et être prêt, il y a une glorieuse espérance et des instructions sans ambiguïté. Tenez-vous réellement à mettre en ordre votre maison ? Croyez-vous comme moi que la kermesse est finie ? Voulez-vous saisir quelque chose qui soit assez puissant pour vous faire triompher de n’importe quelle crise, de n’importe quelle calamité ? Dans ce cas prenez à coeur ce message suivant.

Premièrement

Tout d’abord, n’hésitez pas à admettre que l’avenir vous fait peur. Même le meilleur des chrétiens peut être saisi d’angoisse devant les événements qui vont surprendre la terre. C’est assez naturel que vous vous inquiétiez, pour votre famille, pour vos enfants, pour votre avenir, face à la marée de confusion et d’incertitude qui précipite ses assauts. Une épouse chrétienne disait récemment: Je ne voudrait pas donner le jour à un enfant maintenant, dans un monde aussi désaxé. J’aurais peur pour son avenir. Après la vision qu’il reçut de Dieu, Esaïe confessa: “Je suis étreint d’une angoisse terrible. Tout tremblant sur ma couche, je ne peux plus dormir.” Le prophète Daniel, lui aussi, reçut une vision qui allait affecter l’avenir de toute l’humanité. Il fut si ébranlé par le message effrayant reçu de Dieu qu’il fit cet aveu : “ Quand je m’éveillai, je restai frappé d’étourdissement, la face contre terre et je fus plusieurs jours languissant et malade “. La Bible déclare que les conditions d’existence deviendront si effroyables que la principale cause de décès sera la maladie de coeur, “ les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra sur la terre “. Il existe une terreur naturelle et humaine que nous sommes tous appelés à dominer. Pour le vrai chrétien, il s’agit, plus que de n’importe quoi d’autre, de la crainte de Dieu de sa puissance et de sa majesté. C’est la crainte de l’Eternel qui est le commencement de la sagesse. Mais la Bible dit que l’amour parfait bannit la crainte – et c’est ici que le vrai chrétien a l’avantage sur tous les peuples de la terre. L’homme qui n’a pas en lui un amour personnel pour Jésus-Christ ne dispose pas des ressources nécessaires pour être délivré de la crainte. – C’est ce qui m’amène au point suivant.

Deuxièmement

Dieu a promis de délivrer ses enfants : imposez-vous donc la discipline de croire à ces promesses. A la fin de cette brochure, vous en trouverez un certain nombre; chacune d’elles peut vous donner espoir et confiance pour l’avenir. Comme fondement sûr, il ne nous en reste qu’un : c’est la Parole de Dieu. Il nous a donné de grandes et précieuses promesses, en vertu desquelles nous pouvons devenir participants de son espérance à Lui, de son espérance divine. Le ciel et la terre passeront. Dieu n’abandonnera jamais, ne serait-ce qu’une fois, un seul de ses enfants. On m’a demandé à quelle tribulation je croyais; la préalable, la médiane ou la postérieure. En d’autres termes : les chrétiens seront-ils évacués de la terre avant, pendant ou après la grande tribulation ? – Ma réponse ? Je crois qu’en matière de tribulation il est impossible que nous puissions perdre la partie. Je crois que les chrétiens seront délivrés de tout ce qu’il y a de menace dans ce mot de tribulation. Cependant, si nous devons en traverser la moitié, ou la traverser toute entière, le Seigneur ne peut manquer de s’y trouver avec nous. Nous ne serons donc pas les perdants. Il n’y absolument aucune conjoncture dans laquelle le chrétien puisse être la partie perdante. Il peut perdre sa maison, sa voiture, sa fortune, son travail et tout ce qu’il possède, il ne peut pas perdre la glorieuse espérance qui est sienne en Jésus-Christ. Si nous devons passer par la fournaise ardente comme les trois jeunes Hébreux, nous constaterons que le Maître était là qui nous attendait. Et quand le feu réduirait tout en cendres, pas un cheveu de notre tête ne sera touché, nous sortirons de là sans même porter sur nous l’odeur de la fumée.

Autour de nous, toutes les organisations semblent s’écrouler l’une après l’autre. Au gouvernement, les chefs de file mentent et trichent. Il n’y a plus grand chose dans le monde qui mérite la confiance. Mais c’est pour un temps comme celui-ci que les certitudes de la Parole prophétique nous ont été données ( 2 Pierre 1-19). Autour de nous, le terrain peut céder partout, mais la Parole est solide comme un roc. Donnez donc la réplique de la Parole pour contre-balancer les nouvelles troublantes qui vous parviennent. Dite à votre coeur : “ Jésus a dit qu’Il ne me laisserait pas, ne m’abandonnerait jamais et serait à mes côtés jusqu’à la fin du monde. Je le crois “. Troisièmement – tirez vengeance de tout péché qui obsède encore votre vie. C’est pour ceux qui ont le coeur pur et les mains propres que Jésus revient. Liquidez toute rancune. Ne prenez aucune part aux commérages. Gardez-vous de jamais toucher à l’un des oints de l’Eternel. Ce que vous ne comprenez pas, portez-le à Dieu dans le sanctuaire. Vérifiez vos priorités. Pourquoi le coeur des chrétiens se laisserait-il froisser par des films malpropres, des spectacles corrupteurs, des lectures dégradantes ? Si vous êtes encore lié par l’immoralité, sous quelque forme que ce soit, demandez à Dieu, séance tenante, de faire pour vous un miracle de délivrance. A l’heure actuelle, le plus grand péché dont les chrétiens se rendent coupables, c’est le temps qu’ils perdent. Dieu veut et Dieu doit obtenir davantage de votre temps et vous trouver facilement disponible. Sur le plan matériel, nous avons déjà, vous et moi, perdu beaucoup trop de temps et d’argent à des choses de rien. Commencez par réprimer vos appétits et à payer vos dettes. Secouez les chaînes de la convoitise et du matérialisme. Moins de places pour les biens, plus de place pour Dieu. Ce qui nous manque, c’est de fréquenter plus assidûment notre sanctuaire personnel, pour demander à Dieu son secours pour l’heure du besoin. Voilà ce qu’il nous faut. La Bible nous fait clairement entendre que nous n’avons pas le droit, ni vous ni moi, de nous en prendre aux péchés que nous voyons autour de nous, si nous ne commençons pas par nous attaquer victorieusement aux nôtres. A tout prix, faites en sorte que vos comptes avec Dieu soient en ordre. Si vous L’avez frustré dans les dîmes ou les offrandes, il n’existe pour vous aucun moyen d’échapper à la malédiction que ce péché encourt. Vous avez peut-être fidèlement prélevé pour Dieu la dîme de votre revenu, mais vous êtes loin de Lui avoir donné toute sa part d’offrandes. Ce que vous avez donné à Dieu correspond-t-il à vos ressources et à votre train de vie ? Votre coeur ne trouvera jamais une pleine assurance devant le Seigneur tant que sur ce point votre comptabilité ne sera pas en ordre. Ainsi donc : qu’il s’agisse de l’ordre dans votre maison, de votre vie de prière ou de vos finances – soldez votre compte !

Troisièmement

Apprenez à vous réjouir toujours davantage, à mesure que la fin approche. Jésus Lui-même a dit : “ Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez la tête, parce que votre délivrance approche “. Ce n’est pas un esprit de crainte qu’Il nous a donné, mais un esprit d’amour, de paix et de santé intérieure. Le chrétien est averti de ne pas être prix de panique, mais, s’il veut une paix parfaite, de s’appuyer sur les promesse de Dieu. Pensez donc – paix parfaite, repos parfait, espérance parfaite, assurance parfaite – telles sont les promesses infaillibles qui sont faites à tous ceux qui sont en Jésus-Christ. Les enfants de Dieu n’auront jamais à mendier leur pain, et même si l’ennemi vient comme un fleuve, l’Esprit de l’Eternel le mettra en fuite. Se réjouir signifie : se montrer joyeux. Cette attitude peut paraître sacrilège à certains, étant donné les terribles crises au devant desquelles nous allons. Mais c’est exactement l’attitude que le vrai croyant peut et doit prendre – se réjouir dans le Seigneur. Chaque crise nouvelle, chaque nouvelle calamité doit être regardée comme un portail de plus ouvrant sur un monde nouveau. Pour cette vieille planète, fatiguée, polluée, la kermesse est peut- être finie, mais le vrai croyant sait qu’il a été invité au festin des noces de l’Agneau, et quand toutes nos affections sont pour les choses d’En-Haut et non pour celles d’en-bas, il n’y a rien de tout ce que nous possédons dans ce monde, dont la perte puisse nous coûter.

Et pour finir…

Soyez assurés que Dieu vous donnera toute la grâce nécessaire, au fur et à mesure de vos besoins. Ne vous demandez jamais si vous aurez assez de courage ou de foi pour affronter les crises prochaines. Dieu ne vous donnera pas ces ressources-là avant l’heure du besoin. Chacun se trouvera merveilleusement surpris de se trouver si calme et paisible quand tout à coup la calamité sera là. J’ai été témoin de cette grâce suffisante lors du dernier tremblement de terre de Los Angeles. Ma femme et mes enfants étaient avec moi à l’entrée de notre maison quand elle fut secouée tout entière pendant ce qui me parut une éternité – bien que ce ne fût que soixante secondes. Après le premier moment de frayeur, c’était beau ce calme qui vint subitement sur nous. Nous étions là debout, en cercle, chantant et louant le Seigneur. Je sais maintenant que si la terre s’était ouverte pour nous engloutir, nous serions partis à la rencontre du Seigneur dans une paix et une assurance plus merveilleuse que jamais. Nous serions partis en chantant les louanges de Dieu. Il y a sans doute beaucoup de souffrance en perspective, et nombreux sont ceux qui seront peut- être éprouvés par le feu. Mais comme dans toutes générations passées qui ont souffert ces même choses – le Seigneur a toujours été là avec sa grâce en suffisance. De la place où vous êtes maintenant, les yeux tournés vers l’avenir, votre coeur s’émeut dans la crainte de ne pas avoir le courage ou la force de vous en aller dans la joie. Mais vous pouvez vous reposer sur la parole et le témoignage de tous les martyrs qui nous ont précédés. Souvent ceux qui craignaient le plus de ne pas pouvoir tenir le coup se révélèrent plus courageux que tous les autres. Vous ne pouvez peut- être pas le comprendre maintenant, mais il y a en vous une puissance divine qui n’entrera en action qu’a l’heure du besoin. Vous aurez et le pouvoir et la volonté d’endurer et de vaincre, par la puissance de Christ en vous.

Tremblement de terre, famine, souillure, persécution, récession – ou n’importe quelle autre calamité – aucune de ces épreuves n’aura raison de vous.

En avant donc, prenez courage ! Le Seigneur a promis de vous prendre en charge à travers tout. Il a donné à ses enfants la grâce pour vivre et Il leur a promis la grâce pour mourir. Soit donc que nous vivons, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur.

Sur le même sujet :

Un appel à se préparer à 7 ans de vaches maigres (Tom Bloomer / Christianisme Aujourd’hui)

"Dingue" de Jésus, en chemin avec Lui depuis 34 ans, pionnier du web chrétien depuis 25 ans, père de 6 enfants, Nicolas habite en région bordelaise. Il est connu pour ses blogs d'investigation, ses interviews sans concession et ses chroniques radio conservatrices.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles de Blog